Le départ et l'installation

Pourquoi Grenade?

DSCN3566

Plaza de toros

A l’aube de la fin de mon séjour Erasmus et la fin de ma licence, je me dois de faire un bilan sur 3 ans d’apprentissage, dont un semestre à l’étranger. Pourquoi j’ai choisi Grenade pour tourner cette page ? Et pourquoi tu devrais choisir Grenade, toi aussi ?

DSCN3827

Il faut d’abord savoir que je voulais à tout prix étudier en Espagne. En arrivant en LEA, je ne voulais qu’une chose : devenir interprète. Presque trois ans plus tard, je regarde cet objectif avec nostalgie, car je n’en suis plus si sûre que ça. A vrai dire, je ne suis plus très sûre de rien. Je sais que je travaillerai sûrement dans les langues, ou l’international, c’est ce qui me passionne et vers quoi me mènent mes précédentes études.

DSCN3846

Carmen de los martires

L’Espagne comme destination, donc. Quand j’étais sûre dur comme fer que je voulais devenir interprète, je m’étais renseignée sur certains masters, et la plupart conseillaient de passer au moins un an dans un pays dans sa langue A (l’anglais donc) et au moins six mois dans un pays de sa langue B (espagnol pour moi.) Mon plan était tout tracé : je partirai un semestre en Espagne puis je prendrai une année sabbatique pour partir un an en pays anglophone avant de tenter ma chance en master…

DSCN3873

L’Espagne est le pays qui reçoit le plus d’Erasmus en Europe… Et dans le pays détenant du titre, Grenade est celle qui reçoit le plus d’Erasmus ! Un beau Palmarès. Mais ce n’est pas le charme andalou, ni la promesse d’une communauté Erasmus qui m’a fait choisir Grenade, non c’est son prestige… L’Université de Grenade (ou UGR pour les intimes) a été, cette année encore, élue la meilleure fac du pays en ce qui concerne la traduction et l’interprétation. Mon but ! Une rencontre avec d’anciens étudiants a validé mon choix : ils en étaient tous enchantés…

DSCN3875

En plus de ce niveau d’excellence, Grenade a tout pour plaire et j’en suis tombée amoureuse. C’est mon petit chez moi à présent, je déambule les petites rues –  appelées callejones – ensoleillées un sourire aux lèvres. Je ne me suis jamais sentie aussi en sécurité que dans cette ville. Bien sûr, il peut arriver malheur à n’importe qui et n’importe quand, mais ce n’est pas le sentiment que renvoie Grenade. Pas une frasque, pas de gros titres… On marche la nuit sans crainte et ça fait du bien, car ce n’est absolument pas le cas en France.

DSCN4197

Parc Garcia Lorca

La ville est splendide, c’est un véritable melting pot car les gens viennent d’horizons totalement différents. Les monuments al-Andalus sont à cette image : mélange d’histoire musulmane et chrétienne… Une ambiance Erasmus certes mais également très typique et traditionnelle, ce que je recherchais : pour rien au monde je n’aurais choisi Madrid ou Barcelone aussi belles ces villes soient-elles : Grenade est beaucoup plus pittoresque et vraie. On y est certes loin de la France mais près d’autres pays ! En commençant par le Portugal en bus et le Maroc en ferry, tous deux à portée de main pour un prix modique…

DSCN4235

La casa del Chapiz

Parlons-en du prix de la ville et des voyages ! Grenade – et l’Andalousie – restent je pense les solutions les plus économiques. Je m’étalerai plus une autre fois sur le budget, mais la vie à Grenade est imbattable face aux autres destinations proposées par ma fac. Manger presque gastronomiquement pour 20 euros par semaine et se loger pour environ 200 par mois…

DSCN4638

Jardines del Generalife

Le dernier point, et le plus important je pense, c’est le climat certes, car le beau temps règne, mais surtout l’accueil des habitants. Il y a des gens bourrus partout, mais les espagnols, les andalous, me paraissent tellement plus ouverts d’esprit ! On ne regarde personne de travers à cause de ses tatouages, piercings et autres couleurs de cheveux. On peut voir énormément d’artistes dans les rues. Les gens y sont très amicaux et beaucoup plus tactiles, ou proches : que ce soit les professeurs qu’on appelle par leurs prénoms et qu’on tutoie, ou les commerçants qui nous interpellent dès la première rencontre « guapa » ou « chica » ! A Grenade, on parle fort, on rit fort, on vit fort.

DSCN5460

Catedral de Granada

Si tout cela n’a pas réussi à te séduire, j’espère que tu succomberas à l’accent andalou, un peu spécial aux premiers abords – « Quoi ? la lu’ veut dire la luz ? Je suis Erasmou ? C’est donc Gracia et non Gracias ? – mais pas aussi compliqué qu’on ose le dire. Tu te surprendras toi-même à l’adopter ! A moins que ce ne soit Grenade qui t’adopte ?

DSCN6350

Semana Santa

Aujourd’hui je peux dire que j’aime les cours d’interprétation sans savoir si j’ai l’étoffe d’en faire mon métier. L’Education me plairait également, mais j’aurais besoin de plus m’y pencher. L’année sabbatique semble toujours d’actualité, mais mon séjour en pays anglophone l’est moins. J’irais où le vent me mènera.

DSCN6370

Los cahorrosn Monachil

1 Comment

  1. Chefs de France : Pourquoi je suis partie – Maëva's Mapa Mundi

    25 mars 2019 at 11:40

    […] six mois à un an loin de votre famille ? ». Le mal du pays je l’ai déjà eu, mais après l’Espagne et l’Angleterre, je suis rodée. Avec une relation à distance en plus, ce n’était pas gagné, […]

Répondre à Chefs de France : Pourquoi je suis partie – Maëva's Mapa Mundi Cancel