Royaume-Uni

Être vegan au Royaume-Uni, c’est possible?

Être végéta*ien, peut paraitre parfois difficile. Du moins c’est le cliché que les gens collent souvent au mouvement : c’est dur, c’est impossible, c’est contraignant… Ça peut l’être, tout dépend l’endroit où l’on vit. Ne pas consommer de produits animaliers, est-ce chose impossible en France, en Espagne ou au Royaume Uni ?

DSCN6815

Barcelona, 2017.

Aujourd’hui, je ne vais pas parler d’éthique, mais de goûts et de praticité. Ne pas manger de viande en France, c’est déjà un casse-tête. Alors ne pas consommer de produits laitiers, ou d’œufs… quel cauchemar ! Du moins c’est ce qu’on peut penser aux premiers abords : en France la haute gastronomie a établi la viande comme plat principal, comme mets fin et important… Au contraire la cuisine plus populaire et bien grasse de l’hiver est souvent, si ce n’est toujours, à base de pomme de terre et de fromage… Comment contrer cela ?

DSCN6659

Barcelona, 2017

Il est également parfois difficile de manger au restaurant, du moins dans les petites villes. Quand on habite dans les agglomérations ou même la capitale, c’est tout de suite plus facile. Par chance, beaucoup de chaînes de fast food se mettent même à la nourriture végé, certes ce n’est pas encore vegan, mais c’est un grand pas en avant et ça permet de faire moins la fine bouche quand on sort avec des potes. Le bon côté c’est qu’on ne perd pas son temps à acheter des plats tous prêts, plein de sel et de mauvaises choses… Le mauvais c’est que parfois on a la flemme de cuisinier et on aimerait commander une pizza sans s’arracher les cheveux.

DSCN4447

Gibraltar, 2017.

Contre toute attente, l’Espagne m’a réellement surprise sur le sujet. Avant de partir en Erasmus, on m’avait dit que j’aurais beaucoup de mal, que j’allais devoir lutter pour manger végétarien… Ce n’était pas le cas, pas du tout. Premièrement, le prix des aliments était imbattable, je pouvais donc cuisiner comme je l’entendais. Ensuite, les restaurants se révélaient très flexible, avec des menus végétariens. Comme j’étais à Grenade, j’ai pu profiter de la forte influence de l’Afrique du nord, avec des plats essentiellement végétaux, riches en céréales : mon quotidien c’était le couscous, les pitas fallafels, les houmous et autres kebab végé !

Je suis arrivée en Angleterre avec beaucoup d’attentes : on m’avait promis une forte communauté végéta*ienne, beaucoup d’alternatives, des menus avec des sigles clairs et une grande ouverture d’esprit : je n’ai pas été déçue ! Pour ceux qui me suivent, je suis prof cette année. Je n’ai jamais aussi bien mangée à la cantine ! (histoire véridique) Je peux profiter d’une grande variété de choix et d’alternatives végés et vegan, préparées également pour les intolérants. Les restaurants sont toujours très ouverts et pratiques, mais ce qui change la vie, c’est quand même les supermarchés. Un nouveau monde…

DSCN7210

Canterbury food festival, 2017.

Bien sûr, il y a les aliments lambda que l’on peut trouver en France : laits et desserts végétaux (à moindre coûts ici…) mais également des produits beaucoup plus élaborés, et « free from » : littéralement les produits « sans » : sans lait, sans œuf, sans gluten parfois… Voici une liste non exhaustive de ce que j’achète parfois en course : tofu (classique, ou à l’ail des ours), yaourt au soja, sauce soja, fauxmage à tartiner, à faire fonde, mayonnaise, nouilles, mini saucisses, sauce massala, levure alimentaire, protéines de soja, haricots en tout genre, pâte de curry rouge ou vert, huile de coco, beurre de cacahuètes, falafels, sel noir, « faux œufs », fauxmage rapé, marshmallows, cheddar, fondants au chocolat, feuilles de lasagne, beurre végétal, houmous, pâte aux lentilles corail ou aux petits pois, fausse viande hâchée, chocolat blanc, lait, noir, biscuits « weetbix » protéinés, muesli au chocolat, dessert aux fruits rouges etc.

Tout les « faux produits » doivent à mon avis restés des petits plaisirs de temps en temps: déjà ils sont plus chers et ils ne sont pas forcément sains, même vegan ! Il vaut mieux se concentrer sur une alimentation basique et variée. Sainsbury’s et Tesco offrent de très bonnes alternatives « Free from », faites néanmoins attention à l’étiquette : un produit sans lait n’est peut-être pas un produit sans œuf, le cas avec beaucoup de gâteaux par exemple…

FB_IMG_1490112014289

Maroc, 2017

En résumé : je pense que c’est en France où c’est le plus dur d’être végéta*ien. Certes, certaines marques se mettent au végé : des escalopes végétales et autres fauxmages, mais l’offre reste peu développée pour l’instant. L’Espagne, ou du moins le sud, m’a offert tout un tas d’opportunités avec des plats goûtus et simples et malgré quelques exceptions, le pays reste très ouvert sur le sujet. Pour les mets les plus élaborés et des ingrédients plus sophistiqués, et des plats qui sortent de l’ordinaire, aux copies presque identiques à l’original, c’est vers le Royaume Uni qu’il faut se tourner. De plus, ça reste plus ordinaire et plus abordable d’avoir un régime « plant based » ici.

9 Comments

  1. Itinera Magica

    16 décembre 2017 at 12h39

    C’est toujours compliqué malheureusement, je le constate au quotidien en France – mais les mentalités changent 🙂

    1. maevasmapamundi

      17 décembre 2017 at 14h52

      Oui heureusement! Même si parfois ça peut être le parcours du combattant 😉

  2. inesduhard

    27 décembre 2017 at 8h48

    Quand je suis allée en Californie, j’ai trouvé ça complètement hallucinant tous les « organic » ou « plant based » que je voyais sur les enseignes. C’est vrai que dans certains pays c’est beaucoup plus facile de trouver des substituts vegans ou végétariens mais ça tend à évoluer de plus en plus donc c’est cool 🙂

    1. maevasmapamundi

      3 janvier 2018 at 17h53

      Totalement! Je pense que tout vient à point à qui sait attendre 😉

  3. Ma nouvelle routine, #HistoiresExpatriées

    15 février 2018 at 19h03

    […] de plus de plus des petites « surplus » sur ma liste de course, surtout qu’il est si facile d’être vegan ici. Je vais parfois aller voir les nouveautés des restaurants de la ville (et je vous prépare une […]

  4. Adrienne C. Zmiko (@MamzelDree)

    16 février 2018 at 15h51

    C’est marrant c’est une réflexion que je me suis faite pas plus tard qu’il y a une semaine. Qu’importe où je vais à Cambridge il y a partout des plats vegan (V) etc. En France on ne voit pas du tout cela (enfin dans une moindre mesure).
    Je ne suis pas vegan, mais je ne mange pas « tout le temps » de la viande non plus. Du coup avoir la possibilité de trouver des plats vegan, de goûter, de découvrir de nouveaux goûts, de nouvelles associations, c’est vraiment génial. Et c’est possible en Angleterre 🙂

    1. maevasmapamundi

      23 février 2018 at 19h54

      C’est totalement ça!

  5. Mon pays et mon corps #HistoiresExpatriées – Maëva's Mapa Mundi

    15 août 2018 at 6h50

    […] que j’ai sur la figure ? » en arrivant sur le territoire à l’aéroport) et comme vous êtes vegan, vos anciens potes déclarent donc qu’avec votre anneau au nez, vous êtes maintenant une […]

  6. Mon endroit préféré – Maëva's Mapa Mundi

    12 avril 2021 at 17h04

    […] les plus fidèles lecteurs et lectrices, vous commencez à me connaître, je suis amoureuse de la gastronomie vegan. Mais végétalien ou non, Camden aura votre peau (enfin celle de vos porte-monnaie). Si vous voulez […]

Leave a Reply