Manu-scripts, Voyages (Pop) Culturels

Super-héros et Politique

Le blog va sortir un peu de sa léthargie annuelle et revenir sur vos écrans. Ma vie a subi beaucoup de changement dernièrement, j’ai déménagé, quitté les Etats-Unis, trouvé un nouveau travail… Je suis maintenant prête à créer de nouveaux projets! Je pensais créer une nouvelle catégorie depuis un moment, car j’avais déjà un peu développé les « Voyages (Pop) culturels » ainsi que la partie « Tout ce qui brille » avec les articles revenants sur les conventions et les comics-cons… J’ai envie de garder cet aspect Pop Culture mais de développer quelque chose de nouveau: séries, films, livres, comics…tout ce qui est passé par l’étape manuscrit. J’ai d’abord pensé à « Voyage en page » mais la notion ne se traduirait pas très bien; alors j’ai trouvé que « Manu-scripts » serait une bonne alternative.

Cette année, j’ai décidé de partager un peu plus sur quoi je travaille, et tout spécialement mes études. Je suis actuellement en master recherche LLCER anglais et j’écris un mémoire sur le Militainment. Mais qu’est-ce que c’est ? Le Militainment est un mot-valise pour « Military Entertainement » (Je vous conseille de regarde la vidéo de Detective Pop Culture à ce sujet car il la développe parfaitement.) J’étudie l’influence de l’Armée Américaine sur la Pop Culture et sur les valeurs du pays. (Et vice versa.) J’ai choisi de me concentrer sur les comics Marvel et leurs adaptations sur le petit et grand écran.  Evidemment, je parlerai de Captain America durant la Seconde Guerre Mondiale, mais également Bucky Barnes et la Guerre Froide ou encore The Punisher/Frank Castle et son lien avec la guerre du Vietnam et la « Guerre contre la Terreur » après les événements du 11 septembre 2001. De plus, j’aimerai évaluer la place de la « Blaxpoitation » chez les soldats-super héros et la place de la femme sur le terrain. Ces sujets constitueront mes chapitres principaux.

Aujourd’hui, j’aimerai parler d’une de mes premières lectures pour mes recherches, une œuvre de Marc DiPaolo War, Politics and Superheroes: Ethics and Propaganda in Comics and Film. (Super-héros et Politique : Ethique et Propagande dans les Comics et les Films.)

La référence pour de potentielles citations ultérieures : DiPaolo, Marc. War, Politics and Superheroes: Ethics and Propaganda in Comics and Film. McFarland & Co Inc. March 2011.

J’ai vraiment adoré ce livre, car l’auteur démontre parfaitement comment les comics ainsi que l’Histoire et les valeurs américaines s’entrecroisent dans différents situations comme le contexte social et économique. Voici la liste des chapitres :

Introduction : Les Super-héros sont-ils Républicains? Etude des Avengers, Star Treck et Watchmen.

Chapitre 1: Batman, un Terroriste, Technocrate et Chevalier Féodal.

Chapitre 2: Wonder Woman, une Vétérane de la Seconde Guerre Mondiale, Icone Féministe, et Sex Symbol.

Chapitre 3: Spider-man, un Représentant Objectiviste de la Lutte des Classes.

Chapter 4: The Punisher, un Vétéran de la Guerre du Vietnam et Agent des Services de l’Immigration Meurtrier.

Chapter 5 : Superman VS Ronald Reagan et le Ku Klux Klan.

Chapter 6 : Un Lien Particulier : La Grande-Bretagne et Les Etats-Unis dans James Bond, Doctor Who et Hellblazer.

Chapter 7: Consciences Torturées: Jack Bauer, La Femme Invisible et l’Amérique de George W. Bush.

Chapter 8: Nazisme, Droits Civils et des Homosexuels dans l’Univers des X-men

Chapter 9: Dans les jours les plus beaux comme les nuits les plus sombres: Président Obama contre l’Apocalypse Zombie.

Je me suis bien sûr plus concentrée sur le côté Marvel de cette œuvre, mais n’ai pas manqué de lire chacune de ces pages qui me seraient utiles pour mon mémoire. J’ai pris notes de beaucoup de mots clefs et d’anecdotes.

Parmi les chapitres les plus importants selon moi, le Chapitre 2 sort du lot, traitant de Wonder Woman et son parcours en tant qu’idéologiste non militaire durant la Seconde Guerre Mondiale, le regard des hommes et son programme féministe sur différentes décennies.  Le Chaptire 4 est également très intéressant, car il donne beaucoup d’informations sur la période pré-Netflix du personnage ainsi que ces adaptations antérieures, sur la Guerre de Vietnam, la Mafia et ses origines italiennes.

Mots Clefs : La Grande Dépression, Les années soixante « flamboyantes », les années soixante-dix libérales, les super-héros et la politique d’Etablissement, la Guerre contre le terrorisme, l’Impérialisme Américain, le Complexe Industriel et Militaire, Le Syndrome de Stress Post-traumatique, Seconde Guerre Mondiale, la Guerre Froide, la Guerre du Vietnam, les attentats du 11 Septembre, les Justiciers, les Vétérans, la Torture, la culture Patriarcale, le « Male Gaze », la Masculinité (toxique), le Progressisme et le Patriotisme.

 

War, Politics and Superheroes: Ethics and Propaganda in Comics and Film, more recent

source

Par Chapitres:

Chapitre 1: Batman, un Terroriste, Technocrate et Chevalier Féodal.

            Ce chapitre m’a paru d’abord un peu inutile – je ne suis pas une grande fan de l’Homme Chauve-souris malgré son importance dans la Pop Culture et ses adaptations à succès – car je me concentre essentiellement sur Marvel et non DC. L’étude m’a donné l’occasion de prendre des notes sur des notions que je pourrais utiliser plus tard. Par exemple, la représentation complètement masculine des armes à feu, qui ne sont pas toujours utilisé par les super-héros et qui créent un début d’idéologie : peuvent-ils tuer ou non ? C’est une idée très importante lorsque l’on traite des soldats, qui défendent leur pays ou en attaquent un autre. Une autre idée cruciale est le conflit interne du Chevalier Noir, entre choisir la Liberté ou la Sécurité pour les habitants de Gotham, ce qui rappelle évidemment le contexte de « Civil War » entre Iron Man et Captain América.

source

 

Chapitre 2: Wonder Woman, une Vétérane de la Seconde Guerre Mondiale, Icone Féministe, et Sex Symbol.

J’étais déjà un peu familière avec l’histoire de Wonder Woman, ses origines et son idéologie: le socialisme, le féminisme et le pacifisme comme je l’avais déjà étudié pour un précédent essai. Mais cette partie souligne plusieurs notions qu’ils est bon de se rappeler afin de les utiliser en tant que comparaison pour l’Univers Marvel durant la Guerre, comme Agent Carter ou Captain Marvel dans un « climat culturel patriarcal dominant » (p.75). En effet, ce chapitre explore l’idée du « male gaze » (« regard masculin) et l’évolution du personnage sous différents auteurs et décennies, réfutant parfois l’idéologie du personnage et ce qu’elle représente. La phrase la plus importante du chapitre selon moi et la suivante : « Un des problèmes auxquels beaucoup de super-héros doivent faire face, c’est le phénomène de lissage de leur image au fil des décennies, à tel point qu’ils deviennent des caricatures d’eux-mêmes, plombés par des décennies de fil d’Ariane et de leurs aventures antérieures. «  (p.89).

 

Le Saviez-Vous? Le pouvoir des Amazones dans les comics se trouvent être « une technologie supérieure qui puise dans la découverte d’un élément rare que l’on trouve dans les mines de Themyscira. » (p.80). Du Vibranium ? Non, du Feminum.

 

Chapitre 3: Spider-man, un Représentant Objectiviste de la Lutte des Classes.

Cette partie est particulièrement intéressante pour sa vision sur la storyline de Civil War, son lien avec le monde fictif durant la période Bush et la Guerre contre le Terrorisme, tout en ayant un point de vue “extérieur”. Spider-man est le « Super-héro Monsieur Tout-le-monde » (p.93), tiraillé entre ses ambitions ainsi que son admiration pour Iron Man et sa loi de Recensement des Sur-Hommes ; et son sens moral qui le pousse vers le côté de Captain America et les fugitifs qui se battent pour la liberté. « Evidemment, Stark est un patriote qui ne désire rien de plus que de protéger des vies américaines et la sécurité publique ; mais Spider-man n’est-il pas aussi patriotique, si ce n’est plus, en défiant son mentor ? »( p.100)

Le Saviez-vous? Dans les comics originaux Civil War, Tony Stark pousse Peter à révéler son identité au grand jour et à clamer publiquement qu’il approuve la loi de Recensement des Sur-Hommes. Quand Spider-man voit que ces amis sont poursuivis et emprisonnés sans procès, il change de camp et devient un fugitif en suivant Captain America.

source

Chapter 4: The Punisher, un Vétéran de la Guerre du Vietnam et Agent des Services de l’Immigration Meurtrier.

Ce chapitre est celui que j’avais le plus hâte de lire, comme les analyses de ce personnage peuvent se faire rares. Cette partie développe plusieurs informations que je ne connaissais pas à propos de Frank Castle, tout particulièrement sur ces origines et la création de son alter ego The Punisher dans les premières adaptations cinématographiques de ses aventures et les quelques comparaisons avec le Rambo de Sylvester Stalone. L’essai développe également et parfaitement le climat social durant la Guerre du Vietnam aux Etats-Unis, ce qui va m’aider à construire une base solide sur le contexte économique et politique de l’époque. La notion de « justicier » est importante, car Frank se voit comme « Juge, Juré et Bourreau » (p129) et la limite entre tuer un criminel et un innocent peut être très fine. Il y a également de très intéressants parallèles entre Castle et Captain America que je pourrais utiliser dans mon développement.

Le Saviez-vous? Dans les comics originaux, Frank Castiglione (enfant d’immigrants siciliens qui ont ensuite pris le nom de Castle) a servi au Vietnam. Dans d’autres versions il a été également un officier de police avant de devenir un justicier meurtrier ou encore… prêtre.

Dans un Spin-off alternatif le Punisher s’est marié avec…. Wonder Woman. Ils ont même eu un fils. Mais quand l’Amazone a vu qu’elle ne le changerait jamais, elle a pris les voiles avec l’enfant. (p.129)

Dans les Comics Civil War, Iron man décide de recruter d’anciens criminels (Bulleye, le Bouffon Vert ou encore Venom) ce qui pousse Frank à rejoindre le camp de Captain America en sauvant Spider-man d’une embuscade.  Il tue ensuite deux recrues-criminels et se fait refaire le portrait par Captain America sans se défendre. Captain est en fait le héro de Frank. « Même gars, mais guerre différente » lui dit Spider-man. (p.128)

 

Chapter 5 : Superman VS Ronald Reagan et le Ku Klux Klan.

Ce chapitre développe beaucoup d’aspects médicaux et d’analyses des films de Christopher Reeves mais donne également un contexte politique crucial durant les mandas de Reagan, Bush, Clinton et Obama. Cette partie commente également la « Mort de Superman » et le succès des Super-héros du type The Punisher. Cela donne également une bonne explication des numéros pré-Civil War chez Marvel.

 

Chapter 6 : Un Lien Particulier : La Grande-Bretagne et Les Etats-Unis dans James Bond, Doctor Who et Hellblazer.

Comme le titre le montre, ce chapitre se concentre sur les liens entre les Etats-Unis et sa « mère Patrie ». Si j’ai trouvé cette section moins intéressante car elle ne concerne pas réellement le sujet que j’ai choisi, elle offre néanmoins un point de vue interessantes sur les histoires de James Bond ainsi que les différentes réincarnations du Docteur et leur relation Amour-Haine avec le pays de l’Oncle Sam.

source

Chapter 7: Consciences Torturées: Jack Bauer, La Femme Invisible et l’Amérique de George W. Bush.

Cette partie est vraiment révélatrice de l’état d’esprit des citoyens américains Durant le mandat de Bush. Cet essai est très important car il peut se lier très facilement au Punisher ainsi qu’à d’autres exemples d’héros paramilitaires. Le chapitre dresse le portrait des Etats-Unis en tant que pays exemple et dont les décisions sont jugées par le monde entier et peuvent légitimer ou interdire l’utilisation de la torture comme moyen d’interrogation par les autres pays.

Le Saviez-vous? Après les attentats du 11 septembre, les scènes de torture à la télévision américaine se sont vues multipliées par presque six. De plus, le protagoniste s’adonnait lui-même à la torture de ses ennemis alors que ça n’était jamais le cas avant, si ce n’est l’inverse.

 

Chapter 8: Nazisme, Droits Civils et des Homosexuels dans l’Univers des X-men

            Les X-men sont souvent vus comme une métaphore pour les minorités oppressées et victimes de ségrégation : sexuelles, religieuses… Les X-men sont des représentations de la communauté LGBTQ, la plupart de ses membres sont juifs et les comics visent à intégrer plus de super-héros non blancs. Dans cette veine et en lien avec mon sujet, ce chapitre commente également l’existence de certains personnages comme Nick Fury ou the Falcon et la place de la « blaxpoitation » dans les comics, ou comment des héros blancs changent d’ethnie au fil des tomes.

Le Saviez-vous ? L’éthnie de Nick Fury dans les comics (The Ultimates) a été changé après que Samuel L. Jackson ait accepté le rôle dans le Marvel Cinematic Universe. (P.240)

 

Chapter 9: Dans les jours les plus beaux comme les nuits les plus sombres: Président Obama contre l’Apocalypse Zombie.

Ce chapitre sert d’épilogue, en commentant l’utilisation de personnalités politiques réelles en tant que super-héros de comics ou de personnages caricaturés. Cette partie développe également cette sensation de renaissance et d’air frais durant le mandat de Barack Obama ainsi que la résurrection des super-héros incarnant les valeurs américaines tels que Captain America. Pour finir, le chapitre conclut ce livre sur une pointe de frustration en nous rappelant que «nos idoles dans la vraie vie sont bien souvent loin d’être parfaites, à côté de Superman ». (p.277)

 

Je suivrais bien sûr les prochains opus de Marc DiPaolo et je vous recommande ce livre à 100%. Que pensez-vous de cette nouvelle catégorie? Qu’est-ce que vous recommenderiez pour de prochains articles?

 

source

 

3 Comments

  1. Notes from a big country – Maëva's Mapa Mundi

    18 février 2019 at 2:57

    […] article will be illustrated by this hilarious scene of Antman because 1) I love  Marvel. 2) This is a true-to-life scene. It could have been me. (All gifs come from tumblr, redbloggy or […]

  2. Chroniques d’un grand pays – Maëva's Mapa Mundi

    18 février 2019 at 2:59

    […] : cet article sera illustré par cette célèbre scène de Ant-man car 1) j’adore Marvel. 2) Cette scène est criante de vérité. J’aurais pu la vivre. (Touts les gifs viennent de […]

  3. Chefs de France : Pourquoi je suis partie – Maëva's Mapa Mundi

    25 mars 2019 at 11:36

    […] peu déjà je vous parlais de ce qui pouvait me faire tiquer chez les américains à grand coup de GIF Marvel. Aujourd’hui, je vais parler d’un sujet qui fâche. Pourquoi j’ai plié bagage et rentrée en […]

Leave a Reply